Moi aussi, je me suis demandée comment mes journées d'étudiante allaient se remplir, mais je me doutais bien que la réponse s'impos...

Mais en fait, tu fais quoi ?

/
1 Comments
Moi aussi, je me suis demandée comment mes journées d'étudiante allaient se remplir, mais je me doutais bien que la réponse s'imposerait rapidement. Venez, je vous montre !


Au début, c'est relativement facile : vous recevez la liste de lectures à préparer pour vos différents séminaires (droit bancaire, droit de la finance d'entreprise, régulations financières, tout ça tout ça...), vous y passez cinq ou six jours par semaine, vous n'avez toutefois jamais le temps d'aller fureter dans la section Further Readings, mais la vie est belle.


Les feuilles commencent à tomber, la nuit s'installe plus vite, puis un beau jour, vous recevez les propositions de sujets pour les essais que vous devrez rendre aux alentours de Noël. 


La fin de l'innocence étant arrivée, vos collègues et vous organisez une petite sauterie en son souvenir.


Après une analyse plus ou moins approfondie des ouvrages de la bibliothèque de droit, vous décidez qu'il est temps de migrer afin d'éviter la pneumonie qui vous guette dans cet endroit au chauffage aléatoire. Si comme moi, vous avez besoin d'un endroit agréable pour trouver l'inspiration, vous visitez plusieurs bibliothèques du campus avant de choisir l'élue de votre cœur. Votre relation étant destinée à être longue et intense, le choix est important. 


Vous y croisez régulièrement vos collègues, qui seront là pour vous corrompre ou vous soutenir, tout dépend d'un certain nombre de facteurs (Fait-il particulièrement beau ? Votre voisin de table a-t-il commencé à manger des chips dans la zone silence ?)


Notez toutefois que bien que vous n'ayez pas d'examens, vous n'échappez pas à l'étudiant-type qui demande si vous aussi, vous avez répondu "35" à la question trois alors que vous avez répondu "Afrique du Sud". Il est toujours là, mais il vous demandera plutôt si vous aussi, vous avez terminé deux de vos essais en trois jours. Votre réponse négative sonnera pour lui comme une invitation à vous exposer sa méthode de travail révolutionnaire, qui n'est autre que l'équivalent estudiantin d'une publicité pour une crème anti-cellulite.


Les semaines s'envolent. Vos préparations aux séminaires deviennent sommaires, la sauvegarde de vos fichiers vous obsède, mais votre travail avance. Si au début vous n'étiez que quelques âmes égarées après 16 heures à la bibliothèque, l'endroit devient petit à petit the place to be, si bien que vous organisez un réseau de corruption entre collègues pour vous y assurer une table. Vous ne haussez même plus un sourcil lorsque vous n'y trouvez pas de place un samedi soir, ni lorsque vous y croisez le fameux étudiant cité plus haut.


Puis un jour, vous y êtes. Vous avez tellement relu vos travaux que vous les connaissez par cœur, vous y mettez le point final, vous doutez toujours un peu mais... Libérés, délivrés !

1 commentaire :

  1. Hihi! Me suis bien marrée à te lire. Flash back presque nostalgique. T'écris très bien! À plus. Valérie

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés. Fourni par Blogger.